baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Et moi qui pensais être un bon petit français
Critiquant sans vergogne la montée d'un islam
Qui ose, dans l'impudeur, immoler notre flamme
En brûlant nos drapeaux, et je les dénonçais !

J'assimilais cela aux hideux fanatiques
Qu'on ne rencontre guère qu'en des contrées lointaines,
Et je m'assoupissais, écoutant par centaines
Des voix réconfortantes, douces et romantiques !

Toutes me rassuraient en clamant haut et fort,
Que derrière ce chahut veille la République,
Celle qui met en valeur sur la place publique,
La loi que nos aïeux firent pour leur réconfort.

Certes, j'avais oublié les vaillants camarades,
Ceux qui, régulièrement, rappellent les combats
Qu'ils menèrent pour ne pas supporter tous les bâts,
Et cela dans le faste de brillantes parades.

Mais de mil neuf cent cinq et sa résolution,
Qu'en est-il à présent lorsqu'on voit sur l'affiche
S'inscrire, dans leur programme, trois messes dont je me fic
Seule la laïcité sera la solution !..

Alors, mes compagnons, souffrez qu'en ce beau jour
J'ignore vos réunions et vos discours si beaux,
Mais vos actes ne font qu'aviver les flambeaux
Des guerres de religion qui sont là pour toujours !

Marcel
Le 27 octobre 2012.

Déconcerté par le « programme officiel de l'Union nationale

1095

Commentaires   

+1 #1 Elie 30-05-2016 23:08
Ce desssin est l'oeuvre de mon père, un dimanche de tristesse à l'arsenal de brest où il effectuait son service militaire, le poème est de moi, Marcel, totolarpette parfois en pseudo, un dimnnche de tristesse en 2012.
Citer

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Plus d' informations Ok