Esmeralda

J'explore ce complexe univers versatile,

Carresse son infini qui m'est familié. 

Seul, nous parlons de créations infantiles, 

Me dit  :  "tu es paradis de nativité"

Vient alors d'informes phones qui se mélangent,

D'où naissent la beauté, le chant d'une mésange 

Et la puante te vie que l'humain oblitère. 

Acerbe et doux se lient donc dans l'uni Ether.

Ce grand orfèvre de son travail spontané, 

Employant ses inconnus et mystiques outils, 

Forgeait son clair réel sans paréidolies

Dans une pure logique aux origines effacées.

"Quelle drôle mathématique que celle du soi" 

Dit-il, m'explorant dans mes moindres émois.

"On la cherche comme l'ordre dans la confusion

Mais l'on s'y perd dans sa lourde révélation"

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal