Esmeralda

Je suis une rêverie isolée,

Dans une chambre désolée

Où se meuvent de mauves songes

Que déchire le voile des fenêtres closes.

Le silence est chaud et souffle son haleine alourdie de regrets,

Sur mon dos.

La noirceur des murs immuables, sans reflet, ne baigne plus mes paupières,

Et mes yeux brillent sans lueur dans la nuit.

Le temps coule des horloges vides et vient tacher le sol.

Le son feutré des roses secondes suggère l'éternité, et se répand langoureusement dans l'espace

Creux.

Mes yeux brillent sans lueur, et miroite

Dans le ciel aux étoiles froides,

Une rêverie isolée.

Merci de laisser un commentaire !

Kunena Avatar
marcelélie
Creux, très creux, comme l'espace langoureux du son feutré des roses secondes dans la noirceur des murs immuables.................J'ai beaucoup de mal à y trouver mon rêve.
0

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal

EB Sticky Cookie Notice

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.

Ce site utilise des cookies pour assurer la meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation.