Esmeralda

Mes pas m'avaient entraîné très loin.
Depuis longtemps, j'errais comme un somnambule,
et je ne trouvais de lieu où me reposer.
Il a plu je crois la nuit où tu m'as dit c'est assez.
Peut-être n'as-tu rien dit d'ailleurs,
a'as juste claqué la porte sans te retourner.

ça te ressemble assez ou bien moi qui sait ?
J'ai parlé de lumière, tu n'étais rien qu'un feu follet.
Un feu de paille, une chimère,
un pneu qui brûle, qui fait une fumée noire,
bien visible et qui pue, qui pique aussi un peu
et j'y ai cru un temps, oui, c'est vrai.

A présent, la pluie a cessé,
sans doute tarie, avec ce qui est tombé.
C'est mieux pour les petits.
Pour les jours aussi, je peux marcher,
sans regarder, la tête bien vide,
mais d'abord, où j'irai ?

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal

EB Sticky Cookie Notice

Afin de vous offrir une service optimal, ce site utilise des cookies.

Ce site utilise des cookies pour assurer la meilleure expérience. En continuant à utiliser ce site Web, vous acceptez leur utilisation.