Esmeralda

Il fut un temps timide où pétillant de braises

J’étais éclatant comme un soleil explosif

Les aubes enflammées, volcaniques fournaises,

Exaltaient tout mon cœur tapageur et pensif.

Mais désormais le ciel est devenu stérile

L’aube nauséabonde, et le soleil glaçant.

La tristesse des soirs se fait indélébile

Comme un grand bol de soupe amer et lactescent.

Or moi, âme affligée, tombe mélancolique

Dont les pianos froids ont un goût très mauvais

J’erre à travers la Terre et la mer frénétique

Sous les cieux constellés, tranquille. Je m’en vais.

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal