Esmeralda

 

Sa robe est si légère

 

Et sa culotte,si fine

 

Qu'on y voit au travers

 

La cuisse en est divine

 

Et,si j'arrête là

 

Ces détails frivoles

 

C'est que dès lors j'y vois

 

Que ces vers vous affolent

 

Ne vous y trompez pas

 

Vous tous qui me lisez

 

Quand je goûterai enfin

 

Ce que j'ai tant parlé

 

Je me tairai soudain

 

Pour mieux le déguster.

 

Même si vous n'êtes devins

 

Vous deviez bien comprendre.

 

Je vous parle de vin

 

Ne vous laissez méprendre.





G.Olivié de Fourtané

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal