La Maternelle

 Pluie

 

la fenêtre ouverte sur la nuit,

j’entends ruisseler la pluie,

les éclair zèbrent le firmament

et je me revois enfant

 

tapis dans mon lit

à écouter cette furie

comment les éléments

peuvent-ils être aussi effrayant ?

 

caché, à l’abri

de ce monstre qui dehors rugit

guettant le moindre changement

dans le rythme affolé du vent,

 

la pluie, encore la pluie

douce musique et cacophonie

de ces petites gouttes qui chutent en heurtant

la dure réalité du monde des vivants

 

puis, sans que l'on ai compris

soudainement elle s'est enfuie

nous laissant seul, tremblant, frissonnant

dans un silence bien trop oppressant

 

seul dans son lit

une fois la pluie partie

on comprend en s'endormant

que le silence est bien plus effrayant

 

 

Merci de laisser un commentaire !

Gravatar
Milou
Très joli.*les éclairs, effrayants (le premier), l'on ait compris?
0
Gravatar
tin jambon
merci de me faire part de vos remarque et de ce que vous pensez de ces quelques vers
0

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

      sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site      Créé par  Thierry.M..

Information légal