Darkmode

Du temps, qui coule à la sueur de ton visage

C’est une pluie qui s’effondre à la lueur de ton regard.

De la peur  je vide les substances et le symbole de tes formes se dessine dans le présent,

À l’égard d’un miroir d’où les reflets se perdent dans la nuit, scintille la lumière de tes rêves insouciants.

Tu te moques des imbéciles nourris d’ignorance, eux qui choisissent de se frotter la panse  sur un macadam rocailleux.

Ton corps est une révolte sensible, qui n’a de sens  que pour celui qui peut te voir.

Et secrètement J’ai toujours ce désir, celui d’être transparent et sobre, de me rendre invisible et aveugle, d’observer l’existence  avec  autant de sagesse que je ne jugerais plus que le chaos.

Mais ton corps encore se courbe,  pesant du silence de ta beauté convaincu et timide, le mensonge me donne le courage lâche de dépenser mes dernières larmes.

C’est dans tes yeux que le monde  vit.

 Dans tes grands yeux que seul celui qui te peut voir  y construit ses mythes

Merci de laisser un commentaire !

1000 caractères restants


Message!

Avant de partir laissez un petit commentaire svp.
L'auteur du poème serait ravis de vous lire!
Merci. 

image vos poemes

x

Copyright © 2006 / 2021 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés  CopyrightFrance.com         

Information légal                                                       sitemap website structure web organization flat icon 512 Plan du site                                                Created by  Thierry.M..