baniere vos poemes

1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Rating 0.00 (0 Votes)

Je pensais avoir donné mon cœur à quelqu'une,
Une fois ou deux...
Et puis tu es venue,
« gratuite » comme la rosée du matin,
ce qui peut bien en rester.
Mais moi, comme un chien fou,
je n'ai su que m'ébrouer.

Et maintenant,
je suis comme enfermé,
derrière ce mail « vit'fait »,
gravé comme à l'emporte-pièce.
Cette pièce que l'on ne peut plus défaire,
sinon, en la détruisant

Mais moi je n'veux pas la détruire,
la pièce,
car si court c'a été,
ça a été fort pour moi,
et bon aussi,
crois-moi, je t'en prie.

Alors, je suis parti,
le nez au vent, les cheveux avec...
Et j'ai laissé le guidon, les roues,
me mener.
Où ?
je ne sais plus, j'allais seulement,
le nez, les cheveux, les yeux avec, au vent,
les yeux plus loin, comme il se doit.

Au retour,
je m'suis saoulé, comme ça, pour oublier,
à quel point c'était doux
de te savoir près de moi.

Et je pensais ne dire ça jamais,
ne « te » dire peut-être,
si « peut-être » tu lisais...
Tu lisais ce
à quel point je peux rater,
comme ça, gratuitement,
pour m'assurer que ça n'est pas vrai.

Et ce matin, je me suis vu dans le miroir,
petit, sans étincelle, l'œil hagard,
enfin quoi, la tête dans le miroir,
et puis non,
il y y a
comme un air de conquête,
comme un air de te dire
« reviens,
j'ai été crétin »...

Ajouter un Commentaire

Merci de lire les conditions générales d'utilisation avant de poster un commentaire.

Code de sécurité
Rafraîchir

Copyright © 2018 Vos poèmes(partage de poèmes) - Tous droits réservés CopyrightFrance.com        

Created by Thierry.M..